15 juin 2015

Test : Pillars of Eternity [PC]

Succès retentissant lors de sa campagne Kickstarter, Pillars of Eternity était un RPG très attendu cette année. En reprenant les divers ingrédients qui ont fait le succès du genre dans les années 90, le développeur a tenté de revenir aux sources tout en rendant hommage à des séries cultes comme Baldur's Gate pour ne citer que lui. La question que nous sommes en droit de nous poser, c'est de savoir si oui, ou non, cette tentative d'hommage n'est pas une simple action opportuniste visant à attirer un consommateur nostalgique d'une autre époque, toujours plus belle si on ne se fie qu'à nos souvenirs. Je suis désolé pour le retard dans la publication du test, mais n'étant pas un amateur de ce type de jeu de rôle, il m'a fallu de nombreuses heures de jeu pour pouvoir appréhender correctement l'ensemble du titre. Ne perdons pas une minute de plus dans cette introduction et entrons rapidement dans le vif du sujet.



Quand on commence un jeu de rôle, on doit s'attendre à investir une grande partie de notre temps pour  l'oeuvre en question, car au-delà même de l'expérience interactive que propose ce type de jeu, c'est tout un univers que le joueur doit comprendre pour pouvoir profiter clairement de ce que les développeurs ont à lui offrir. C'est toute la difficulté que ces derniers doivent surmonter, celle de captiver le joueur et de l'inviter à entrer dans ce nouveau monde de façon naturelle en créant un univers qui doit être cohérent. Dans le cas présent, le joueur découvre le Dyrwood, une vaste région du monde de Pillars of Eternity qui possède une histoire à la fois riche, mais aussi cruelle. Dès les premières heures de jeu, on comprend rapidement que les développeurs ont accordé un soin particulier à l'élaboration du monde et celle de son histoire, de sa culture, mais aussi des rapports qu'entretiennent les différents peuples et les différentes races du jeu. Malgré un classicisme flagrant dans certains choix, notamment au niveau des inspirations puisqu'on retrouve toujours les éternels nains, elfes, dragons, goules, araignées géantes ou encore les trolls, la façon dont les différents thèmes sont abordés et la maturité des propos traités rendent le tout d'une cohérence subtile qu'on ne voit que trop rarement dans le jeu vidéo.


La direction artistique n'est pas en reste et sublime parfaitement l'orientation des développeurs. En proposant une 3D isométrique, le titre d'Obsidian permet d'enchaîner des tableaux majestueux avec un niveau de détails relativement élevés, permettant à la région du Dyrwood de prendre vie sous les yeux émerveillés des joueurs. Le tout est sublimé par une bande son incroyable s'accordant magistralement avec la situation proposée. Aucun élément du décor n'est choisi au hasard, que ce soit dans l'architecture des bâtiments, comme celui de l'environnement naturel, les développeurs n'ont pas seulement réussi à créer de magnifiques paysages, ils ont surtout permis à ce monde de trouver un équilibre parfait entre son histoire et sa représentation visuelle, un véritable coup de maître.


Quand on parle de dimension artistique, il ne faut pas oublier de mentionner la qualité du level design. Si la plupart du temps, le joueur arpentera des forêts, des vallées, des falaises ou encore des villes et des villages, il aura également l'occasion d'explorer des donjons mystérieux, mais aussi dangereux. Dans de nombreux jeux de rôles à l'occidental, les donjons peinent malheureusement à se renouveler en ne proposant au joueur qu'une succession de couloirs sombres dans un décor souvent répétitif. Dans le cas présent, c'est une véritable surprise, car chaque donjons varient, que ce soit dans l'architecture proposée comme dans la structure même du level design. Se payant même le luxe d'offrir aux joueurs quelques énigmes pour pimenter le tout, ces derniers ne se sentiront jamais lassés durant leur aventure, pire encore, leur soif d'exploration ne fera que s’accroître au fil de leur périple.

Comme dans la majorité des jeux de rôle à l'occidental, avant de débuter une partie, le joueur doit créer son propre personnage avec un soin particulier, car il faut lui créer une personnalité et une histoire qui vont avoir une certaine influence sur le déroulement du jeu et des multiples choix qui sont proposés aux joueurs par la suite. Les décisions entreprises par ce dernier auront un impact sur l'environnement, mais surtout sur les relations que vous entretiendrez avec les autres tribus,  groupes voire même une ville. Cet aspect du jeu est intéressant, car il implique le joueur dans l'histoire de façon radicale et lui offrant l'illusion de tout contrôler, d'être plus ou moins le maître du jeu.


La personnalité que le joueur attribuera au personnage aura un  impact également sur ses statistiques lors des combats. Ces derniers sont d'ailleurs un élément central du gameplay tant ils sont intéressants et surtout complexes à entreprendre. Suivant le niveau de difficulté que le joueur choisira, il sera important de bien se préparer avant de se lancer bêtement dans un combat. Le titre offre une aide primordiale lors d'un combat, celui de pouvoir arrêter le temps à n'importe quel moment, ce qui laisse l'occasion aux joueurs d'élaborer une stratégie subtile dans le but de terminer l'affrontement le plus rapidement possible sans perdre trop de points de vie tout en évitant de perdre un personnage définitivement. Le joueur peut donc positionner ses protagonistes (au nombre max de six) suivant leur classe, prédéfinir une formation, il pourra choisir la cible à attaquer, les effets bonus à envoyer ou les malus... etc. Le système en lui-même n'est pas complexe, ce qui l'est, c'est la préparation au combat, car une erreur peut être fatale pour le groupe, il faut donc prendre le soin de préparer ses équipements ou encore les nombreux sorts adéquats à la situation mise à votre disposition. Comme tout RPG qui se respecte, les personnages pourront évoluer via un système de niveaux. Un petit détail non négligeable permet au titre de ne pas tomber dans la surabondance des combats pour gagner des points d'expériences puisque ces derniers ne s’obtiennent qu'en clôturant des quêtes. Plus intéressant encore, les monstres tués ne ressusciteront jamais, un bon moyen de ne pas perdre trop de temps lorsque l'on visite plusieurs fois la même zone. Les nouvelles caractéristiques offertes à chaque montée de niveau sont extrêmement nombreuses, il faudra donc les choisir avec intelligence pour que votre groupe soit cohérent et équilibré dans en ce qui concerne les statistiques de chaque personnage. Avec Pillars of Eternity, nous avons un subtil mélange entre le jeu de stratégie classique et le jeu de rôle, une fusion absolument parfaite qui permet d'ouvrir un nombre incroyable de possibilités, bref, en plus d'être intelligent, ce système est tout simplement passionnant.


Dans le but de ne jamais lasser le joueur en lui proposant un contenu massif, de nombreuses quêtes secondaires sont proposées durant l'aventure. L'une d'entre elle est particulièrement intéressante puisqu'elle vous permet d'acquérir et de diriger une vieille forteresse qu'il faudra remettre en état et protéger d'éventuels assauts d’envahisseurs. Il y a donc un véritable jeu de gestion à l'intérieur de l'oeuvre qui vous demandera de nombreuses heures pour en venir à bout. Dans de nombreux jeux de rôle, les quêtes optionnelles n'ont d'ambitions que celles de vous faire partir à la chasse ou de ramener un objet quelconque à un PNJ lambda qui n'apporte rien au background. Pillars of Eternity ne suit pas cette tendance et préfère proposer aux joueurs une série de quêtes passionnantes et scénarisées qui pourront se terminer différemment suivant les choix effectuées. Ces quêtes permettent aussi d'approfondir l'univers du jeu, un moyen non négligeable d'en apprendre plus sur certaines parties de l'histoire du monde.


Il est de plus en plus difficile aujourd'hui de satisfaire d'anciens joueurs qui souhaitent retrouver les gloires d'antan. Pillars of Eternity réussit le pari de proposer un titre aux ingrédients du passé tout en modernisant le concept de base. Avec son univers soigné, son écriture de qualité et son système de combat passionnant, le titre d'Obsidian peut avoir la prétention d'écrire son nom au panthéon des plus grands chefs d’œuvres du genre. Tout en essayant de se faire une place au sein des différentes communautés du jeu, on progresse à travers une aventure riche en rebondissement tout en explorant chaque recoin d'un monde plus vivant et cohérent que jamais.



Ce qui nous pousse à l’acheter           Ce qui pourrait nous faire hésiter
- Un Univers d'une cohérence effrayante
- Un level design qui se renouvelle sans cesse
- Une qualité d'écriture quasi parfaite
- Une dimension artistique irréprochable
- Un système de combat subtil
- Un contenu gargantuesque
- Une OST sublime
 
- Une complexité qui pourrait rebuter les débutants
- C'est tout
- C'EST TOUT !

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Un commentaire, un conseil, une critique ? C'est ici !