23 février 2015

Test - The Order 1886 [PS4]

Attendu comme le messie de la Playstation 4, celui qui devait redorer l'image d'une console en manque d'exclusivités à la fois marquantes et puissantes, The Order 1886 débarque enfin sur la console de Sony après quatre longues années de développement. C'est lors de l'E3 2013, à Los Angeles, que le jeu est révélé pour la toute première fois au grand public. Le terme "bluffant" était par ailleurs, revenu à plusieurs reprises, lorsque les premières images sont apparues laissant venir le premier jeu exploitant véritablement les capacités de la Playstation 4, d'un point de vue technique. Il n'était donc pas étonnant que le titre se soit placé rapidement dans les plus grandes attentes des joueurs. Développé par le studio Ready at Down, peu connu du public même si ces derniers ont travaillé sur le portage d'Okami sur Wii ou encore sur les deux God of War pour la Playstation portable, le TPS a fait beaucoup parler de lui ces dernières semaines en suscitant une polémique autour de sa faible durée de vie, créant ainsi une ambiance malsaine sur internet, mais surtout une nouvelle crainte auprès des joueurs, qui avaient une nouvelle fois peur de se retrouver devant une énième déception. Alors, est-ce que tout cela était justifié, c'est ce que nous allons voir dans ce test. Si le jeu se révèle effectivement incroyable du côté technique, il est malheureusement dommage que toutes la partie artistique soit au service d'un jeu qui multiplie les défauts au fur et à mesure que l'on avance. Explication :


L'action se déroule dans un Londres rétro-futuriste à fort caractère Steampunk lors de la révolution industrielle, pendant l'époque Victorienne. On parle beaucoup d'ucronie avec The Order 1886 mais n'ayant aucune information sur le passé de l'univers et sur le moment clé de la réécriture de notre histoire, je préfère parler d'un univers parallèle au nôtre tout simplement. On incarne une escouade de chevaliers appartenant à l'Ordre, un groupuscule créé au moyen âge par le roi Arthur pour lutter contre les lycanthropes, des loups-garous si vous préférez. Le titre de Ru Weerasuriya s'inspire, comme vous l'aurez compris des légendes arthuriennes et construit son histoire autour de cette mythologie. Cela nous amène à un premier point positif sur le jeu, à savoir son univers. L'ensemble est plutôt cohérent, on peut d'ailleurs saluer le travail de l'intégralité de l'équipe artistique du jeu pour avoir réussi un exploit, celui d'avoir rendu la ville de Londres aussi vivante que cohérente grâce à une technique irréprochable qui prouve enfin que la nouvelle console de Sony est capable de faire des merveilles quand elle est bien exploitée. A partir de là, les développeurs se sont vraiment fait plaisir sur toute la dimension artistique offrant au titre une photographie exemplaire dans lequel on prendra le temps de contempler chaque paysage, chaque détail visuels que ces derniers ont pris soin de placer dans les environnements, Que ce soit dans les intérieurs, comme dans les extérieurs, on ne reste jamais insensible face au travail effectué sur les environnements proposés ou encore sur les choix des couleurs apportées et le tout est sublimé par un Londre, qui est aussi attirant qu'effrayant, à l'architecture inspirée.  Il est vraiment important de noter que la technique est au service de la direction artistique, c'est une chose assez rare aujourd'hui pour le souligner. Si les choix autour de la dimension artistique du jeu s'avère judicieux, il n'en ai pas de même pour le game design dans sa globalité.



L'une des forces du jeu vidéo, c'est de pouvoir, contrairement au cinéma, être plus ou moins maître de ses mouvements, de pouvoir avancer à son rythme, de ne pas être simplement passif. Quand la narration est au service du gameplay, cela permet, quand c'est maîtrisé, de créer un impact émotionnel bien plus fort chez le joueur qu'une simple vidéo. Les développeurs ont parfois tendance à ne pas se rendre de compte de la puissance de ce média, quant à faire passer un message, à véhiculer une émotion à travers une interaction. Tous les défauts de The Order 1886 tournent autour de ce phénomène. Si les mécaniques de jeu sont aussi classiques que d'une banalité affligeante, le titre de Ready at Down propose une expérience différente du TPS traditionnel. Ce nonobstant, les choix effectués par les équipes du jeu sont plus que douteux et surtout incompréhensibles et viennent plomber l'intégralité de l'expérience. En effet, les joueurs seront contraints de suivre les ordres du jeu et ne seront pas libres de vivre l'aventure comme ils le souhaiteraient, cette phrase peut vous paraître incompréhensible à première vue, mais elle définit à merveille les choix des développeurs. Pour imager tout ça, si le jeu vous interdit de courir pendant une séquence, vous ne pourrez pas le faire, si ce dernier vous empêche de dégainer votre arme, alors, vous serez contraints d'obéir à ce choix. Pourquoi une telle décision dans les équipes du jeu ? Et ça va parfois encore plus loin puisque lors d'une séquence de gunfight, vous ne pouvez même pas vous couvrir derrière un mur ou une barricade. Vous êtes bloqués dans vos mouvements dans chaque séquence du jeu,  je n'hyperbolise pas du tout et c'est frustrant. Le titre espère vous donner l'illusion de pouvoir rendre les séquences de jeu spectaculaires en obligeant le joueur à suivre les scripts mais ça ne marche pas et on sent rapidement nos mains se lier au fur et à mesure que l'on avance dans le jeu. Comme vous l'avez certainement compris, le titre est très assisté, voire même trop assisté puisque les différents tutoriels vous suivront jusqu'à la toute fin de l'aventure, il arrive même parfois que ces derniers vous prennent pour un idiot quand on vous demande de passer en mode furtif alors que le jeu bascule vers ce mode automatiquement ! Phases d'infiltrations sans aucune profondeur d'ailleurs, très scriptées, bref, totalement inintéressantes. A côté de tout ça, vous pourrez profiter de phases de jeu plus calmes ou l'accent est mis sur l'exploration, mais une fois de plus, les développeurs survolent ces séquences. Le joueur pourra examiner quelques objets dissimulés dans l'environnement, mais cette particularité n'apporte malheureusement rien à l’expérience et pire que ça, les morceaux de journaux que vous trouverez en cours de route ne sont mêmes pas traduits.


Partir d'un univers qui semble à première vue d'une richesse incroyable et venir gâcher tout ça par quelques choix incompréhensibles, c'est navrant, j'irai même plus loin, c'est frustrant. Et tout cela n'est pas sauvé par une narration irréprochable puisque le scénario, bien que sympathique, ne marque pas les esprits et propose même de suivre une escouade de chevaliers très caricaturaux, avec un personnage principal trop sérieux, qui admire son mentor bien que ce dernier lui cache des choses. Evidemment, on ne sera pas surpris de voir une femme dans ce groupe, froide et qui donne l'illusion d'être forte alors que ce n'est pas forcément le cas et enfin le clou du spectacle revient au marquis de Lafayette, le guignol de service, qui permet d'adoucir les tensions entre les autres personnages. On soulignera tout de même un beau travail sur les doublages Français du jeu faisant intervenir quelques pointures dans ce domaine. C'est juste dommage que les textes, sans être mauvais, même loin de là, ne sont pas à la hauteur de ce que peut proposer le cinéma aujourd'hui si on reste dans cette comparaison voulue par le créateur. Bref, l'aventure est bien trop prévisible dans sa globalité pour être pris au sérieux et ne proposera aucune séquence mémorable, on reste sur notre faim.

Était-il encore trop tôt pour Sony de faire confiance à un jeune studio comme Ready at Down ? Peut-être, sans doute même. Leurs ambitions étaient peut-être trop élevées et ils se sont perdus en chemin. Bref, sans être un ratage complet, on ne peut que ressortir déçu de cette expérience qui partait pourtant d'un bon sentiment, mais qui se retrouve le cul vissé entre deux chaises. Ce n'est ni un excellent jeu, ni un excellent film, on arrive à aucun moment à comprendre le chemin que les développeurs ont cherché à suivre et les choix qu'ils ont effectués. C'est un titre que nous ne vous conseillons pas du tout, même à tarif réduit, l'expérience en elle-même n'apporte rien du tout si ce n'est de la frustration, le mot clé de cette aventure qui reviendra sans cesse vous hanter, même dans vos pires cauchemars.

Ce qui nous pousse à l’acheter           Ce qui pourrait nous faire hésiter
- Une direction artistique incroyable
- Une photographie exemplaire
- L'univers dans sa globalité
- contemplatif à souhait
 
- Un TPS sans saveur et sans ambition
- Jamais maître dans ses mouvements
- Scénario banal qui manque d'ambition
- On nous prend pour des idiots, c'est limite vexant (Tuto)
- Les personnages
- Trop court, aucune replay value
- Frustrant
- This is for the players ? hum

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Un commentaire, un conseil, une critique ? C'est ici !