25 février 2015

Test - Gunman Clive 2 [3DS]

C'est en janvier 2013, à la surprise de tous, qu'un titre sorti de nulle part s'est rapidement trouvé à la tête des ventes sur l'eshop de la 3DS. Succès à la fois commercial, mais aussi critique, Gunman Clive est promptement passé du petit jeu sans prétention à une référence pour la plateforme en ligne de Nintendo. Le joueur incarnait un cow-boy dans un western survitaminé à la recherche de sa douce enlevée par un vilain monsieur. Entre plateforme 2D et action, le jeu de Bertil Hörberg s'inspirait de grands classiques du jeu vidéo, notamment un certain Megaman pour ne citer que lui. Aujourd'hui, le célèbre cow-boy revient sur le devant de la scène dans un second épisode encore plus poussé, plus beau et tout aussi jouissif. 

Dès les premières minutes de jeu, on retrouve rapidement ses marques. Il s'agit une fois de plus d'un jeu de plateformes 2D en scrolling horizontal avec une petite dose d'action car votre personnage ne se sépare jamais de son revolver. Très classique dans son approche, Gunman Clive propose néanmoins un gameplay qui fonctionne très bien, que ce soit au niveau de la jouabilité qui reste très accessible au plus grand nombre comme au niveau du level design, qui même s'il ne relève pas du génie reste très bien pensé. De plus, les niveaux sont très variés et apportent leur lot de surprises, comme l'arrivée de quelques passages en 3D, nouveauté de cet épisode, qui permet par exemple aux joueurs de chevaucher son cheval à travers un désert aride sublimé par un coucher de soleil aussi attirant que saisissant. Ces nouvelles phases ne sont pas négligeables car elles permettent dans un premier temps de varier les situations afin d'empêcher le joueur de tomber dans une certaine forme de lassitude, mais cela évite également à ce second épisode de passer pour une simple version 1.5. Comme pour la première aventure, le titre permet aux joueurs de choisir trois personnages. Vous avez donc la possibilité d'incarner le célèbre Gunman Clive, la charmante miss Johnson ou encore le Chieftain Bob. A noter que chaque personnage aura des spécificités différentes, par exemple, miss Johnson a la capacité de flotter un court instant dans les airs, ce qui peut être fortement utile selon les obstacles que vous allez rencontrer alors que le Chieftain Bob, lui, aura une portée d'attaque bien moins longue que les autres puisque ce dernier n'est équipé que d'une lance, néanmoins, ses coups sont de ce fait, bien plus puissants. Trois modes de difficultés sont également disponibles allant de facile à difficile, classique mais efficace, cela permet de satisfaire toutes les envies et tous les besoins. Il faut également savoir qu'une fois l'aventure terminée, vous débloquez un dernier personnage connu de tous ceux qui ont déjà retourné le premier épisode.


Mais pourquoi doit-on une nouvelle fois partir à l'aventure. Pour faire simple, des bandits sèment la terreur dans le monde. Gunman Clive et sa bande doivent partir à la recherche de leur chef qui n'est d'autre qu'un robot très évolué guidé par un mystérieux personnage. Evidemment, le scénario n'est qu'un prétexte pour affronter les mille et un dangers qui se mettront en travers de votre chemin et aussi pour traverser le monde allant de l'ouest américain à l'Australie en passant par le Japon. Aucune surprise côté direction artistique, le titre emprunte une nouvelle fois un style crayonné qui fonctionne plutôt bien sublimé par une bande son toujours aussi marquante mariant intelligemment les sonorités traditionnelles et les sons électroniques. Pour cet épisode, Bertil Hörberg, propose tout de même une amélioration graphique via une palette de couleurs plus grandes que pour la première aventure, cela permet de créer une véritable cassure entre chaque environnement proposé. Tout ceci offre une certaine variété aux paysages, véritable défaut du premier épisode. Autre point important, les animations des personnages, de l’environnement ou encore des ennemis sont globalement réussis, cela accentue grandement l’immersion dans l'univers du titre.

Pour ce second épisode, Bertil Hörberg prouve une nouvelle fois son talent quant à créer un jeu au
game design cohérent sur lequel on reviendra fréquemment, même si le titre est court, que ce soit pour le recommencer avec un certain plaisir ou pour se lancer des défis personnels comme celui de terminer les niveaux le plus rapidement possible ou encore de les terminer sans subir un seul dégât. Ce nonobstant, le jeu ne marquera pas les esprits, l'effet de surprise que le premier épisode avait engendré ne se répétera pas, mais ça, le développeur ne pourra rien y faire. On espère tout de même que monsieur Hörberg passera à l'étape supérieur avec son futur jeu (qui doit s'inspirer de Zelda) en proposant un univers encore plus poussé tout en offrant aux joueurs un gameplay de qualité.

Ce qui nous pousse à l’acheter           Ce qui pourrait nous faire hésiter
- Gameplay Addictif
- Un univers crayonné toujours aussi chouette
- La bande son de qualité
- Une bonne replay value
- Un effet 3D réussi
- 2.99€
 
- Le style Die and Retry
- Court si vous n'êtes pas du genre à refaire vos jeux
- L'effet de surprise n'est plus là

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Un commentaire, un conseil, une critique ? C'est ici !