13 février 2015

Test - Captain Toad : Treasure Tracker [Wii U]

Il est difficile pour Nintendo de se détacher de l'univers de Mario, il faut bien avouer que la mascotte du géant japonais est sans conteste le personnage le plus populaire du jeu vidéo. Mais à l'image de Mickey avec Donald, Mario n'est pas forcément le personnage le plus attachant de la licence pour les joueurs. On lui préférera notamment Luigi pour son petit côté "grand timide" en manque de confiance (bien appuyé dans Luigi's Mansion) ou encore Yoshi avec son design « trop kawaï » de gentil dinosaure. Et puis, il y a les Toad, petits personnages en forme de champignon qui sont au service de la princesse Peach et qui répondent toujours présents dans les aventure du célèbre plombier. Néanmoins, il manquait une chose à ce personnage qui a l'habitude de rester dans l'ombre des autres, il lui fallait sa propre aventure. Après tant d'années à suivre ses compagnons en arrière plan, Nintendo offre enfin à Toad (et aux joueurs) l'opportunité de passer du personnage secondaire au personnage principal à travers un jeu totalement inédit, à savoir Captain Toad : Treasure Tracker.  


Une histoire captivante avec une Toadette en captivité.

Après un aperçu rapide des menus, nous voilà promptement embarqués dans le jeu. Comme à son habitude, Nintendo mise beaucoup sur le scénario... ou pas. En effet, pour résumer, vous incarnez le célèbre Toad, vêtu pour l'occasion en aventurier du dimanche – Ou peut-être se prépare-t-il pour un concours de Cosplay autour de la licence Indiana Jones – à la recherche de trésors cachés, ici, ce sont des étoiles d'or ou des étoiles jaunes – Enfin merde, ce sont des étoiles quoi – Avec des yeux tout de même – Bref, votre quête sera, comme vous l'avez compris, plutôt originale – Je déconne hein – Secondé par votre amie de toujours, la charmante Toadette, l'aventure peut enfin commencer. Mais voilà que rien ne se passe comme prévu, dès que nos deux aventuriers en herbe parviennent à trouver leur première étoile, voilà que le cousin de Iago – Quoi, tu ne connais pas Aladdin ? - débarque de nulle part pour voler le butin et emporte par accident Toadette qui... refuse de lâcher l'étoile. Et comme tout personne censée, Toad va donc parcourir le monde à la recherche des étoiles avant d'aller sauver la demoiselle en détresse. Au final, les jeux Nintendo sont plutôt réalistes, la richesse passe avant tout ! A noter que le titre se découpe en trois épisodes avec un chapitre bonus qui se débloque une fois le jeu terminé.


Une idée ingénieuse mais ennuyeuse :

Concentrons-nous maintenant sur le jeu en lui-même, car si le scénario aurait pu être né de la plume de David De Gruttola, – On devrait me mettre en cage pour sortir autant de méchancetés - nous savons que Nintendo mise avant toute chose sur le game design. Captain Toad part d'un concept inédit, en effet, les niveaux se construisent différemment d'un Mario traditionnel. Il faut savoir dans un premier temps que le personnage n'a pas la capacité de sauter, ce qui va créer un handicap plutôt gênant pour le joueur. Les développeurs se devaient de penser différemment lors de la conception des niveaux. Ici, il ne sera donc plus question de grandes surfaces, de costumes ou de plate-formes de toutes les tailles et de toutes les formes – N'y voyez aucune connotation dans cette phrase merci ! - Dans Captain Toad, les niveaux sont plus petits, plus cloisonnés, on a parfois l'impression d'être enfermé dans un cube géant. La caméra n'est pas centrée sur le personnage de Toad, mais sur le niveau, il est donc possible pour le joueur de la tourner sur 360° afin d'avoir un aperçu global de ce qui l'attend et pouvoir ouvrir un chemin plus facilement jusqu'au trésor. Cette spécificité permet à chaque niveau de proposer du contenu caché en jouant sur les perspectives, c'est donc au joueur de s'amuser avec la caméra afin de découvrir les chemins cachés qui ne sont visibles qu'en trouvant le bon angle . De nombreux éléments viendront se mettre en travers de votre route et il faudra régulièrement résoudre quelques puzzles pour trouver votre bonheur, c'est un peu comme si nous étions enfermés dans un rubik's cube géant et qu'il fallait utiliser les bonnes combinaisons pour pouvoir libérer le trésor. Entre l'utilisation de la gravité, les maisons hantées envahies par des illusions d'optiques, les fleuves de poison, des phases de tirs en chariot avec l'utilisation du Gamepad et de son gyroscope ou encore des dalles qui se replient et se déplient en suivant un rythme en particulier, les règles du jeu changent souvent au fil des niveaux, aucun ne se ressemble, c'est un point plutôt positif car ça permet de varier les plaisirs. De temps en temps vous serez même confronté à un boss, dextérité et
patience vous seront d'ailleurs utiles pour en venir à bout. Malheureusement, car oui il y a un malheureusement, les niveaux s’enchaînent rapidement et surtout facilement. On ne restera jamais plus de cinq minutes au même endroit, car les puzzles sont au final beaucoup trop simples et s'adressent donc à un public plutôt jeune. Alors, bien sûr, vous avez la possibilité de traiter les objectifs secondaires comme partir à la recherche de l'ensemble des diamants qui se dissimulent dans le décors ou accomplir de petits défis mises à votre disposition pour pimenter le tout, mais en règle général, on n’éprouvera aucune véritable difficulté à venir à bout de ces objectifs optionnels. Ce défaut en apporte un autre plus important, celui de la lassitude. Si vous aimez un tant soit peu que le jeu vous mette au défi, vous risquez de ne pas trouver votre bonheur et de vous ennuyer rapidement. On peut vraiment regretter ce problème quand on voit le potentiel qu'offre la licence. On notera que le level design relève parfois du génie, mais venant d'un studio comme Nintendo EAD, ce n'est pas vraiment surprenant. 


Un visuel surprenant pour un air de déjà-vu

Ce n'est pas la première fois que Captain Toad fait son apparition. Le personnage était déjà jouable dans Super Mario 3D World dans des niveaux optionnels dont Nintendo s'est inspiré pour la création de ce jeu. C'est donc pour cette raison que l'univers du titre reprend les mêmes visuels que la dernière aventure en trois dimensions du célèbre plombier. On y retrouvera les mêmes paysages, les mêmes ennemis ou encore les mêmes musiques. Une fois encore, Nintendo prouve une nouvelle fois que ses développeurs maîtrisent parfaitement l'art de nous en mettre plein la vue, le jeu est techniquement et artistiquement irréprochable, c'est beau, c'est coloré, c'est inspiré – expirez, inspirez, expirez... ok je sors – Les musiques sont une fois de plus en parfaites adéquations avec l'univers et les pistes inédites offrent un petit vent de fraîcheur à l'ambiance globale. Ce nonobstant, ces dernières ne sont pas nombreuses et reviennent trop souvent, le thème du jeu, bien que très sympathique – mais pas extra, faut pas déconner – devient très agaçant sur la longueur pour ne pas dire irritant – écoute 15 fois à la suite, une chanson d'Annie Cordie et tu comprendras – Le sentiment de lassitude est donc encore une fois marqué, surtout pour ceux qui ont joué à SM3DW, mêmes paysages,  mêmes musiques comme je vous l'expliquais au dessus... On regrette évidemment que Nintendo n'est pas choisi de créer un univers inédit pour son personnage comme ils l'ont déjà fait par le passé avec Yoshi et Luigi. Même les « Mario 3D » se payent le luxe d'offrir aux joueurs un visuel nouveau entre chaque épisode – Ce n'est pas comme si on avait eu un Mario Galaxy 1,5... Oh mais attendez ! - 


Et si on résumait le tout :

Quand on termine l'expérience, on ne peut pas s'empêcher d'avoir un avis mitigé. C'est un bon jeu, c'est incontestable, mais venant d'un studio aussi réputé que Nintendo EAD pour la qualité de ses travaux, difficile de ne pas s'attendre à beaucoup plus que ça. On retrouve une fois de plus toutes les qualités d'un titre Big N, level design de qualité, gameplay calibré aux petits oignons, visuellement charmant, mais sur l'échelle des ambitions, le studio n'est pas monté assez haut et ce qui aurait pu devenir un excellent titre se termine en un simple bon jeu – un bon apéritif en attendant le plat de résistance – A réserver aux joueurs qui ne possèdent qu'une Wii U et qui s'ennuient dessus en ce moment.


Ce qui nous pousse à l’acheter           Ce qui pourrait nous faire hésiter
- Concept original
- Toad, enfin dans sa propre aventure
- Level design de qualité
- Beau, fluide, finition au top
- 39.99€ neuf
 
- Facile... beaucoup trop facile
- Lassant et répétitif
- Un univers pas si inédit
- Musiques irritantes sur la longueur 
- Manque d'ambition


1 commentaire :

Un commentaire, un conseil, une critique ? C'est ici !